Présentation de la race

La petite histoire du Scottish (tirée du site officiel "Scottish & Highland.com")

La saga du scottish fold commence en 1961, près de Coupar Angus, un village écossais. William Ross rentre chez lui. En passant devant un cottage voisin, son attention est attirée par un chat comme il n'en a encore jamais vu. Un chat aux oreilles pliées ! A peine rentré chez lui, William fait part de cette découverte à sa femme, Mary.

Intriguée, elle veut à son tour rencontrer le phénomène. Le lendemain, les Ross se retrouvent en pleine discution avec les Mc Raes, qui sont les heureux propriétaires du chat en question... Qui est en réalité une chatte. Elle s'appelle Susie.

Sa mère morte récemment dans un accident, avait les oreilles droites. Son père est inconnu. Par contre les Mac Raes affirme qu'il y avait un autre chat aux oreilles pliées dans la portée de Susie, qui hélas a disparu. Nantis de ces renseignements, William et Mary Ross repartent avec la promesse que, si Susie met au monde un chaton aux oreilles pliées comme elle, les Mc Raes leur en feront cadeau. Deux ans plus tard les Ross accueillent une petite chatte blanche nommée Snooks.

La première chatterie de Scottish voit le jour : Denisla. Les pionniers établissent un programme d'élevage et se font épauler d'une éleveuse passionnée de génétique : Pat Turner.

Avec la collaboration du généticien Peter Dyle, ils découvrent les particularités de la race: proportion variable d'oreilles pliées dans les portées. Délai de trois semaines pour savoir qui est Fold et possibilité de difficultés génétiques dans la race. Dès les premières années d'existance de la race, une étude a été menée par le généticien O. Jackson, qui arrive aux conclusions suivantes:

Le mariage de deux chats aux oreilles pliées produit ⅓ de chatons développant plus tard des lésions du squelette. En revanche le mariage d'un Fold et d'un chat à oreilles droites donnent des chatons sains. C'est cette étude qui est à la base des directives d'élevage mondialement appliquées. Les premiers mariages se font avec des British shorthair et des chats de ferme. Il est important de noter la naissance de chatons à poils mi-long dans les portées de Snooks.

Malheureusement les débuts chaotiques du Scottish fold lui font une mauvaise publicité. Le tout-puissant Governing Council of the Cat Fancy qui avait dans un premier temps reconnu le Scottish fold, revient sur ses positions et supprime l'inscription des Scottish Fold, invoquant une prédisposition de la race aux parasites auriculaires et à la surdité ! La surdité était dûe à une forte proportion de chats blancs et les oreilles des Fold n'ont en réalité jamais été sensibles aux parasites ! L'élevage du Scottish fold devient alors minoritaire au Royaume-Uni.

LE REVE AMERICAIN

Joey, Judy et Hester, tous issus de la chatterie Denisla, sont envoyés aux U.S.A. Hester va vivre chez Salle Peters, une pionnière de la race aux Etats-unis.

En 1974 elle fonde "The International Scottish Fold Association" et obtient grace a l'aide de Karen Votava (Chatterie Bryric) et du Dr. Rosemond Peltz la reconnaissance de la race par l'incontournable Cat Fonciers Association.

A la fin des années 1970, toutes les associations américaines reconnaissent le Scottish fold. Depuis, le succès de la race aux U.S.A. n'est plus à démontrer et ne s'arrête pas aux rings d'exposition : un représentant de la race est même devenu le héro d'un roman.

RETOUR EN EUROPE

En Europe nous avons découvert le Scottish Fold dans les années 80.

Scottish Duglas et Scarlette sont les premiers Scottish belges. Ils sont les parents de Brentown of Brentwood drive un matou brown tabby et blanc qui est à la base de nombreux Scottish européens.

D'autres importations Américaines ont influencé l'élevage Français et européen : Opium of Kater, Catena's lacy of Maritza's, Nuggettes Mc Razz-m-tazz et les chats de la chatterie Foldilock's qui ont marqué l'élevage Suisse. Mar de Barret liberty a silloné les expositions; cette chatte noire et blanche van a contribué à la popularisation de la race, elle est encore très présente dans le coeur des juges.

Aujourd'hui le scottish est présent sur tous les continents où il séduit par son caractère et son expression douce.

 

Présentation du Highland:

Le Highland est en fait un Scottish, mais à poils mi-longs. Sa fourrure est très soyeuse et épaisse. La colerette et la culotte sont bien fournies.

C'est un chat tout en rondeur, tant au niveau de la tête (aussi bien de face que de profil), des pattes, des oreilles et du corps. La queue, mi-longue, est épaisse à la base. Les yeux sont grands et ronds.

Il existe deux variétés de Highlands (idem pour le Scottish). Le chat fold (plié en anglais) a les oreilles repliées vers l'avant. Certains individus ont même ce que l'on appelle une double pliure et leurs oreilles sont ainsi "plaquées" sur la tête. Cette double pliure est bien sûr très appréciée en exposition par les juges et très recherchée par les éleveurs.

La deuxième variété est le straight (droit en anglais): les oreilles sont droites, de taille moyenne et bien espacées.

Pour les deux variétés, le bout des oreilles est arrondi.

Pour faire la différence, allez voir dans mon album photo: Lizzie et Noisette sont fold, alors que Livio est straight!

ATTENTION: Il ne faut JAMAIS marier deux chats fold!! Seuls les mariage straight x straight  ou fold x straight sont autorisés! En cas de mariage fold x fold, vos châtons seraient atteints d'ostéochondrodysplasie, maladie incurable, qui paralyse peu à peu le chat malade.

Une portée peut être composée de fold, comme de straight, c'est la nature qui choisit!

LE CARACTERE:

Voici maintenant quelques années que je vis avec des Highlands chez moi, et voici les conclusions de mon expérience: ce sont des chats "patauds", très calmes, qui s'adaptent très bien, aussi bien à un nouvel environnement, aux autres animaux, aux enfants. Parfait pour les familles avec enfants ou pour des personnes plus agées qui aiment la tranquilité.

Ils aiment néanmoins leur confort, leurs habitudes. Ce sont des chats extraordinaires, qui ne font pas de dégats dans une maison  ou appartement, ils sont également très propres.

Mais ils sont aussi gourmands, et joueurs, et aiment ronronner sous vos caresses, et vous attendent devant la porte des toilettes! A leurs heures, ils sont très pot de colle!

Seul inconvénient: le toilettage. De part leurs poils longs et leur fourrure assez épaisse, vous devez le brosser très régulièrement. Mais ce moment peut aussi être un moment d'échange et de complicité avec votre chat, qui, s'il se sent en confiance, ronronnera à chaque coup de brosse! C'est également le moment idéal pour faire un petit "check-up" de votre animal: il est important de vérifier que votre chat n'a pas de parasites, si sa peau est saine, si il n'y a pas de croutes ou traces de griffure par exemple. A cause de leur fourrure, on a souvent tendance à ne pas remarquer au premier coup d'oeil ce genre de problèmes, et le toilettage est l'occasion de passer votre chat au peigne fin..Bien surveiller également les oreilles.

C'est une race de chat peu connue, si vous souhaitez aquérir un highland, passez par un éleveur, et prenez le temps de bien choisir votre châton.

Je suis à votre disposition si vous avez des questions, si vous voulez mieux découvrir cette race, ou adoptez un petit Highland. Comme pour tout animal, il faut être bien informé avant d'adopter, car cela vous engage sur des années!

J'espère que vous craquerez pour leur petite frimousse! En attendant, bonne navigation sur mon site "Parfum d'Ecosse"

Chamicalement, 

 

Séverine

 

 

 

 

Ajouter un commentaire